Case study

Sommaire

Premières idées

Une storytelling, mais sur quoi ?

Pour cet examen de fin d’année, il m’était important de marquer le coup en tentant quelque chose de différent : le storytelling. Je n’avais bien évidemment encore aucune idée du sujet, bien que j’avais envie d’appliquer mes nouvelles connaissances graphiques acquises en stage, ma passion pour l’écriture et la science-fiction. Un genre s’était cependant démarqué parmi d’autres tant dans le style graphique que dans le message véhiculé  : le cyberpunk. Il était d’ores et déjà évident que le genre y apparaitrait  !

Pas sans formulaire !

Pour connaitre l’opinion du public visé (amateurs de science-fiction), j’ai réalisé un formulaire google que j’ai partagé sur mes réseaux sociaux. Ce formulaire m’avait été très utile pour jauger les connaissances des utilisateurs quant au genre cyberpunk, leurs préférences vis-à-vis de la narration, des illustrations, des potentielles fins, etc.

Science-fiction & Cyberpunk

Le cyberpunk, c’est un genre si peu connu et pourtant, les idées semblaient s’essouffler. La raison de ce manque d’innovation est que notre monde est déjà entré dans l’ère du «hight tech, low life» et le contraste entre les œuvres cyberpunks et le présent devient moins perceptible. La plupart des technologies imaginées dans les années 1900 n’ont soit jamais vu le jour car trop dépassées, soit été réalisées de manière plus minimaliste et épurée. Réitérer le genre tel qu’il est aurait signifié tomber dans le cliché, le déjà-vu et le kitch.

Il me fallait donc un moyen de moderniser le genre comme Matrix l’a fait en début d’année 2000 avec son utilisation très pertinente de la technologie et des extraterrestres. L’intervention d’autres sous-genres de la science-fiction comme le biopunk, le post-apocalyptique et la hard-SF était donc indispensable.

Les genres de la science-fiction exemple

Actualité : Coronavirus

Cyberpunk, innovation, modernisation, originalité étaient les mots autour desquels mon storytelling devait graviter. Comme le challenge se complexifiait, je peinais à écrire un premier pitch. Que pouvait être le fil conducteur ? Qui seraient les protagonistes et les antagonistes ? Quelles seraient les péripéties, les difficultés ou objectifs des héros ? Il me fallait une base, quelque part où commencer à creuser. Et puis, telle une ampoule s’illuminant au-dessus de ma tête, une idée m’est venue. Un virus ! Bien évidemment ! Les derniers évènements liés au coronavirus étaient ce qui m’avait fait stagner pour mon projet initial, alors pourquoi ne pas l’exploiter et tourner la situation à mon avantage ? Un virus allait donc causer la transition des humains vers le transhumanisme, faute de choix.

Sauf que, j’ai finalement décidé de ne pas traiter le sujet du transhumanisme car au plus la trame principale avançait, moins cela avait d’importance. D’ailleurs, le rôle même du virus a changé. Si d’abord il devait causer la fin de l’humanité, le virus n’était plus qu’un outil pour réveiller la bactérie extraterrestre qui est la vraie cause de la fin de l’humanité.

Mes inspirations

J’ai visionné un bon paquet de films, de critiques et de documentaires scientifiques pour cueillir des idées par ci par là. Prometheus m’a pas mal aiguillé pour la relation extraterrestre/AI qu’entreprenait David avec le premier proto-alien (la création devient le créateur).

Prometheus fait également usage de la panspermie dirigée pour justifier l’apparition de la vie sur Terre. En effet, ce sont les ingénieurs, une race extraterrestre supérieure qui essémine la vie sur Terre à partir de leur propre ADN. Dans mon histoire, c’est un peu une radiopanspermie dirigée inversée puisque ce sont les savants de la lumière qui vont chercher eux-mêmes et ramènent l’organisme sur Terre.

Grâce à Westworld, ma vision des intelligences artificielles a foncièrement changé. Au lieu de voir la technologie comme la raison de notre damnation (Merci Terminator et Matrix), je la vois comme la prochaine étape de notre évolution. L’humanité atteindra son pic un jour ou l’autre et notre voyage risque de toucher à sa fin. Mais nous ne partirons pas sans laisser de descendance. Plus intelligent, autonome, non limité par le temps ni par les balles, les AI seront une extension de nous-même, nos représentants futurs.

Transformers sous-entend lui aussi qu’une civilisation supérieure devrait être passée au biomécanique. C’est peut-être un détail que Kardachev a omis de soulever dans son échelle des types de civilisations.

L’étude de l’ordre des illuminés de Bavières, ou plus connu aujourd’hui sous son nom complotiste illuminatis, a été ce qui m’a donné l’idée des savants de la lumière. Fondée le 1er mai 1776 par Adam Weishaupt, professeur de droit canonique à l'université d'Ingolstadt, dans le royaume de Bavière, l’ordre avait pour but de partager les savoirs universels à l’abri de l’église catholique au nom du perfectionnement et progrès de l'humanité. Les savants de la lumière dans Unitron sont des scientifiques adorateurs de la lumière qui avaient compris il y a plusieurs milliers d’années qu’elle était la clé du voyage interstellaire.

Et bien sûr, pour tout ce qui est de la trame de la bactérie destructrice, je le dois à nos ancêtres les cyanobactéries qui ont décimé plus de 98% de la population bactérienne mondiale en relâchant de l’oxygène dans l’air. Sans oublier les tonnes de documentaires que j’ai visionnés et livres que j’ai lus sur l’évolution de la vie sur Terre.

Écriture de l’histoire

Chronologie

Pour ce travail, j’ai fait le choix d’un slider daté, clair et compréhensible. Je n’ai pas voulu jouer avec le temps pour ne pas risquer de perdre l’utilisateur. Chaque année est clairement déclarée dans le slider. Le développement du premier programme numérique il y a 200 ans, le déclin de l’humanité, La matérialisation d’Eternity, l’évolution d’Unitron, l’émergence d’une nouvelle civilisation, tout a été établi selon des bases scientifiques solides. (Oui bon, j’ai triché pour l’extinction de l’humanité. 150 ans c’est un peu court sachant que les humains sont des machines de survie.)

ressources illustration photoshop

Les personnages principaux

L’histoire n’est pas centrée autour des humains et ce n’est pas un choix anodin. Je tenais à challenger nos tendances anthropocentriques et nous emprisonner au rang de spectateur. Il n’y a pas vraiment d’héros ni d’antagonistes. Que ça soit Eternity, Unitron ou les savants de la lumière, personne n’a d’intentions de détruire ou de sauver l’humanité. Ils ne font que poursuivre le cours naturel des choses. J’ai voulu défaire la perception draconienne qu’ont habituellement les histoires et proposer quelque chose de différent.

Unitron caractéristiques
  • Origine extraterrestre
  • Humanoïde, ailé, luisant
  • Intelligent
  • Sensible
  • Exterminateur des humains
ressources illustration photoshop ressources illustration photoshop
Eternity caractéristiques
  • Origine terrienne
  • Corps biomécanique
  • Intelligence artificielle
  • Sensible
  • Descendance des humains
ressources illustration photoshop ressources illustration photoshop

Un côté poétique

LIl y a de cela 2.5 milliards d’années, notre ancêtre microbien (la cyanobactérie) a causé la première extinction de masse en relâchant de l’oxygène dans l’air, un gaz toxique pour les autres organismes mais indispensable pour notre survie. Et si notre propre extinction était causée par le même processus ?

L’idée était d’insuffler la frustration de voir notre planète nous tourner le dos sans qu’on ne puisse rien y faire. Notre planète qu’on a si vilement maltraitée commencerait à s’accommoder pour accueillir un autre être, un être qui pourrait potentiellement mieux la traiter, une bactérie «réparatrice» contre le virus qu’est l’Homme. On pourrait le prendre comme une trahison ou une punition de la part de notre planète mère, dans tous les cas, l’idée fait mal au cœur.

Caractéristiques cyberpunk

Bien que le cyberpunk ne soit plus au cœur des spotlights, on retrouve, au sein de l’histoire, les caractéristiques qui le définissent.

  • Technologie avancée
  • Intelligence artificielle
  • Dystopie/apocalypse
  • Virus
  • Style graphique néon/dark

Crédibilité

Il était très important pour moi que l’histoire soit cohérente et plausible tant dans la forme que dans le fond. Mes recherches scientifiques m’ont permis d’acquérir des connaissances solides sur lesquelles baser ma trame principale.

Par exemple, le concept du lighnet est une instrumentalisation de la radiopanspermie, l’hypothèse selon laquelle des molécules vivantes sont transportées par la pression de radiation d’étoiles.

Le design d’Unitron respecte une certaine logique de mutation et de réplication ADN. Comme l’explique Eternity, on retrouve les caractéristiques d’animaux terrestres, aériens et marins qu’il a «infectés» tout au long de son évolution. Sa forme finale est humanoïde avec des caractéristiques marines (peau luisante) et aériennes (ailes).

Eternity était initialement un programme codé pour diriger le lightnet dans l’espace interstellaire, puis pour étudier l’organisme extraterrestre. Il était donc tout naturel qu’elle se complexifie au plus elle emmagasinait de datas et de fonctionnalités.

Premiers drafts

Pour trouver le design d’Unitron, j’ai d’abord imaginé à quoi ressemblerait une chauve-souris alien puis j’ai travaillé à l’envers en dessinant les formes antérieures à cette chauve-souris-alien. La forme finale est venue bien après quand les principales caractéristiques étaient établies.

Croquis d'Unitron

ressources illustration photoshop ressources illustration photoshop ressources illustration photoshop

Croquis d'Eternity

ressources illustration photoshop

La nouvelle Terre

ressources illustration photoshop ressources illustration photoshop

Modélisation 3D

Il était plus évident de matérialiser Eternity grâce à son apparence humaine.

ressources illustration photoshop ressources illustration photoshop

Ce fut plus compliqué pour Unitron puisqu’il est entièrement fictionnel. Malgré son apparence humanoïde, il aurait été difficile de modifier un être humain pour matcher les drafts. Pas le choix, il me fallait dépoussiérer mes connaissances en modélisation 3D. Durant mes expérimentations graphiques en stage, j’ai discuté avec plusieurs graphistes qui travaillaient sur blender pour leurs réalisations, un programme que je ne connaissais pas. M’étant principalement acclimatée à C4D et Maya en première année à la Haute école d’Albert Jacquard, l’interface ne m’était pas familière mais le principe était grosso modo le même. J’ai dû visionner un bon nombre de tutoriels et m’aider de la communauté pour comprendre les notions importantes comme le rigging ou l’armature.

ressources illustration photoshop ressources illustration photoshop ressources illustration photoshop ressources illustration photoshop

Procédé graphique

Grâce à sa base photographique provenant d'unspalsh ou d'un modèle photo pour le cas d'Eternity, les illustrations ont une dimension réaliste avec une touche fictionnelle apportée par les modifications Photoshop. Du détourage, beaucoup de détourage, des réglages photos (luminosité, contraste, saturation, etc.), des effets diverses comme des filtres ou des accentuations des lumières, quelques coups de pinceaux pour apporter des touches de couleurs là où il en faut ou des silhouettes dans l’horizon dans le cas de l’exemple ci-dessous. On oublie pas les détails comme la neige, les ombres et les reliefs. Pour terminer, on prend bien son d’effacer tout ce qui dérange et de vérifier si tout est cohérent.

Voici les ressources utilisées pour cette illustration:

ressources illustration photoshop

La première composition de couleurs était un assortiment de mauve, violet, rose. Des couleurs assez clichées dans la représentation graphique du cyberpunk. J’ai donc innové avec des couleurs moins courantes comme du rouge (822e2e) et du bleu (0c5450).

ressources illustration photoshop ressources illustration photoshop

Les illustrations sont assez ternes pour faire ressortir les sources lumineuses. Les illustrations sont d’ailleurs pas mal assénées de subtilités et de sens cachés en rapport avec la lumière. Son omniprésence est accentuée sur chaque image avec des faisceaux ou des néons, cela cache une connotation spirituelle, le passage de la nature à la technologie et inversement quand Unitron devient le nouveau maitre de la Terre.

ressources illustration photoshop

Typographie

Pour la typographie, j'ai utlisé l'API google font, il y en a deux principalement, Wallpoet et Tomorrow que je trouve très adaptées pour le thème cyberpunk.

Narration

Si j'avais initialement choisi de narrer l'histoire moi-même avec une voix-off, j'ai finalement décider de laisser le lecteur lire à son aise et apprécier l'histoire selon son propre rythme. C'est pour cela que j'ai préféré les textes.

Sons/
musique

Pour les sons, j'ai téléchargé des bruitages sur un site libre de droit (freesound). Ce sont en fait les utilisateurs qui enregistrent et publient des bruitages gratuitement. Je me suis amusé à faire du bricolage dans premiere pro pour obtenir le rendu que j'avais en tête.

ressources illustration photoshop

Code

J'avais initialement travaillé mon storytelling avec FullPagejs mais éventuellement, je m'étais rendu compte qu'il serait plus facile d'implémenter mon contenue avec Json. Le code était plus propre, plus organisé et honnêtement c'était plus facile de cette manière.

Difficultés

De -2800 à X millions d’années dans le futur, comment trouver un personnage récurrent qui vivrait assez longtemps pour narrer l’histoire ? Ce fut un dilemme qui a demandé plusieurs solutions toutes tirées par les cheveux. Pour finir, la solution la plus évidente était une intelligence artificielle ayant évoluée depuis un ancien programme codé il y a deux cents ans quand les ordinateurs traditionnels n’existaient pas encore.

Aussi, il était parfois difficile de représenter de manière explicite le texte écrit. Par exemple, comment marquer la fin de la pandémie ? L’idée qui m’avait sauté aux yeux était une personne marchant délibérément sur un masque, signe d’un soulagement excessif.

Enfin, mon plus gros dilemme était de trancher entre la narration vocale ou textuelle. Ayant essayé le premier pour la version béta du site, j’ai finalement décidé d’opter pour une narration textuelle. L’utilisateur aurait le loisir de lire l’histoire à son aise et ne pas être dérangé par ma voix intrusive.

En conclusion

Entre apprentissage scientifique pour fonder les bases de mon histoire, le temps faramineux consacré aux illustrations, aux choix ergonomiques et à la modélisation 3D, cet storytelling n’était pas de tout repos ! Mais ce fut une expérience pour le moins enrichissante qui m’a permis de faire un bond dans le temps et user de tout ce que j’ai appris durant ces années d’études en infographie. Ma partie favorite était bien évidemment le design et tout ce qui était un peu plus artistique. Bien que, pour une fois, c’était également la partie la plus prenante.

Je retiens beaucoup de ce projet, tant sur le plan artistique qu’éducationnel. En effet, j’ai énormément appris sur l’origine de la vie sur Terre, sur les différentes théories débattues par les scientifiques au cours des dernières décennies, sur l’infiniment petit et l’infiniment grand, sur le monde animal, sur nous, humains. Et puis, je me suis vu grandir, si bien que ma vision du monde a entièrement changé. Je comprends mieux ce que je suis, d’où je viens, d’à quel point mon existence, l’existence de la race humaine, ne tient qu’à une mutation génétique fortuite qui a eu lieu il y a des millions d’années. Nous ne sommes pas des êtres supérieurs, nous ne sommes pas « plus évolués » que le reste des terriens, nous sommes simplement différents, des primates qui ont évolué différemment. Cela ne nous donne pas le droit de traiter les animaux comme nous le faisons aujourd’hui, cela ne nous donne très certainement pas le droit de détruire notre planète, car elle n’appartient pas qu’à nous et ça ne nous donne pas le droit de prendre la vie pour acquis. Parce qu’il est fort probable que notre existence ne soit que d’un très court instant sur l’échelle de l’Univers. Je pense profondément qu’avec une meilleure éducation scientifique, nous pourrions changer les mentalités et conscientiser plus de monde aux problèmes actuels. Unitron n’était initialement pas dédié à un message humanitaire, mais après cette épopée scientifique, je ne pouvais faire sans!

Top